Commun par Pierre DARDOT

Commun

Titre de livre: Commun

Éditeur: La Découverte

Auteur: Pierre DARDOT


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Commun.pdf - 38,368 KB/Sec

Mirror [#1]: Commun.pdf - 29,610 KB/Sec

Mirror [#2]: Commun.pdf - 42,249 KB/Sec

Pierre DARDOT avec Commun

Aucune chose n'est en soi ou par nature " commune ". C'est l'activité des hommes qui la soustrait aux logiques d'appropriation en la réservant pour l'usage commun, en fonction de la détermination collective de fins sociales. Une réflexion passionnante sur des formes démocratiques nouvelles et la sortie possible du capitalisme, par les auteurs de La Nouvelle raison du monde.




Partout dans le monde, des mouvements contestent l'appropriation par une petite oligarchie des ressources naturelles, des espaces et des services publics, des connaissances et des réseaux de communication. Ces luttes élèvent toutes une même exigence, reposent toutes sur un même principe : le
commun.

Pierre Dardot et Christian Laval montrent pourquoi ce principe s'impose aujourd'hui comme le terme central de l'alternative politique pour le XXIe siècle : il noue la lutte anticapitaliste et l'écologie politique par la revendication des " communs " contre les nouvelles formes d'appropriation privée et étatique ; il articule les luttes pratiques aux recherches sur le gouvernement collectif des ressources naturelles ou informationnelles ; il désigne des formes démocratiques nouvelles qui ambitionnent de prendre la relève de la représentation politique et du monopole des partis.

Mais, selon les auteurs, le commun ne relève ni de l'essence des hommes ni de la nature des choses, mais de l'activité des hommes eux-mêmes : seule une pratique de mise en commun peut décider de ce qui est " commun ", réserver certaines choses à l'usage commun, produire les règles capables d'obliger les hommes. En ce sens, le commun appelle à une nouvelle institution de la société par elle-même : une révolution.

Livres connexes

Aucune chose n'est en soi ou par nature " commune ". C'est l'activité des hommes qui la soustrait aux logiques d'appropriation en la réservant pour l'usage commun, en fonction de la détermination collective de fins sociales. Une réflexion passionnante sur des formes démocratiques nouvelles et la sortie possible du capitalisme, par les auteurs de La Nouvelle raison du monde.




Partout dans le monde, des mouvements contestent l'appropriation par une petite oligarchie des ressources naturelles, des espaces et des services publics, des connaissances et des réseaux de communication. Ces luttes élèvent toutes une même exigence, reposent toutes sur un même principe : le
commun.

Pierre Dardot et Christian Laval montrent pourquoi ce principe s'impose aujourd'hui comme le terme central de l'alternative politique pour le XXIe siècle : il noue la lutte anticapitaliste et l'écologie politique par la revendication des " communs " contre les nouvelles formes d'appropriation privée et étatique ; il articule les luttes pratiques aux recherches sur le gouvernement collectif des ressources naturelles ou informationnelles ; il désigne des formes démocratiques nouvelles qui ambitionnent de prendre la relève de la représentation politique et du monopole des partis.

Mais, selon les auteurs, le commun ne relève ni de l'essence des hommes ni de la nature des choses, mais de l'activité des hommes eux-mêmes : seule une pratique de mise en commun peut décider de ce qui est " commun ", réserver certaines choses à l'usage commun, produire les règles capables d'obliger les hommes. En ce sens, le commun appelle à une nouvelle institution de la société par elle-même : une révolution.

Aucune chose n'est en soi ou par nature " commune ". C'est l'activité des hommes qui la soustrait aux logiques d'appropriation en la réservant pour l'usage commun, en fonction de la détermination collective de fins sociales. Une réflexion passionnante sur des formes démocratiques nouvelles et la sortie possible du capitalisme, par les auteurs de La Nouvelle raison du monde.




Partout dans le monde, des mouvements contestent l'appropriation par une petite oligarchie des ressources naturelles, des espaces et des services publics, des connaissances et des réseaux de communication. Ces luttes élèvent toutes une même exigence, reposent toutes sur un même principe : le
commun.

Pierre Dardot et Christian Laval montrent pourquoi ce principe s'impose aujourd'hui comme le terme central de l'alternative politique pour le XXIe siècle : il noue la lutte anticapitaliste et l'écologie politique par la revendication des " communs " contre les nouvelles formes d'appropriation privée et étatique ; il articule les luttes pratiques aux recherches sur le gouvernement collectif des ressources naturelles ou informationnelles ; il désigne des formes démocratiques nouvelles qui ambitionnent de prendre la relève de la représentation politique et du monopole des partis.

Mais, selon les auteurs, le commun ne relève ni de l'essence des hommes ni de la nature des choses, mais de l'activité des hommes eux-mêmes : seule une pratique de mise en commun peut décider de ce qui est " commun ", réserver certaines choses à l'usage commun, produire les règles capables d'obliger les hommes. En ce sens, le commun appelle à une nouvelle institution de la société par elle-même : une révolution.